Facebook E-mail RSS
magnify
Accueil syndrome-facettaire

Le syndrome facettaire

Une lombalgie

 

Figure 1 Facettes articulaires. Elles constituent les articulations postérieures des vertèbres.

Les trois points d’appuie entre les vertèbres forme un trépied. Le disque intervertébral représente l’appui antérieur alors que les deux facettes (articulaires) constituent les articulations postérieures. Au nombre de quatre, deux supérieures et deux inférieures, elles rejoignent les facettes correspondantes de la vertèbre au dessus et celle d’en dessous.

Les facettes articulaires remplissent plusieurs fonctions dont celles de guider et de limiter les mouvements entre deux vertèbres ainsi que de supporter une partie du poids porté par la colonne (20-30%). Cette charge aurait tendance à augmenter proportionnellement à la dégradation discale.

Comme pour toutes articulations, le mouvement est indispensable à la nutrition et à la régénérescence des surfaces articulaires (cartilages). Une usure ou une surcharge anormale, un stress mécanique, un traumatisme ou l’affaissement d’un disque pourraient compromettre cette fonction et, à défaut de conduire à une instabilité, provoquer une réaction de blocage (dysfonction vertébrale). Cette dernière accélèrera la dégénérescence de l’articulation afin de favoriser une consolidation, par exemple, en stimulant la formation d’excroissances osseuses (ex. ostéophytes, becs de perroquet). Cette dégénérescence évoluera lentement sans nécessairement causer de douleurs. Par contre, un simple geste, interprété à tort comme un  » faux mouvement  » pourra déclencher une réaction douloureuse, soit un syndrome facettaire.

De caractère récidivant, le syndrome facettaire résulte de la dégénérescence articulaire et présente souvent un ensemble de signes et symptômes. Les douleurs peuvent s’intensifier lors de l’extension de la colonne ou lors de la flexion latérale, du côté sensible. Les douleurs peuvent s’étendre entre la ceinture et le pli fessier, et parfois la cuisse. La douleur n’est pas exacerbée par la toux et l’éternuement. La position couchée procure un certain soulagement. Si on peut noter une douleur articulaire non-centrée et localisée lors de l’examen biomécanique, l’examen neurologique ne démontre aucun signe de déficit.

Selon des études, le syndrome facettaire participe aux douleurs de 15-40% des patients souffrant de maux de dos chroniques. Cette condition, peut également affecter la région cervicale.

Ponctué d’épisodes douloureux, le syndrome facettaire évolue de façon progressive. Puisque son origine est issue d’une dysfonction vertébrale, il devra faire l’objet d’un examen rigoureux afin de déterminer l’indication d’un suivi correctif en chiropratique.

♦ Document rédigé et publication autorisée par le groupe