Facebook E-mail RSS
magnify
Accueil reflux-gastrique

Le reflux gastrique

et la hernie hiatale

 

Brûlements à la gorge ou derrière le sternum, mauvaise haleine ou difficulté respiratoire à la suite d’un repas, voici des signes parmi les plus fréquents d’une condition appelée reflux gastro-œsophagien. Souvent associé à une hernie hiatale, principale source de reflux gastrique, elle peut affecter jusqu’à 60% de la population adulte.

Pour plusieurs, une dysfonction vertébrale à proximité de la charnière dorsolombaire serait en cause. Soit la région de la colonne où s’insère le diaphragme. Une cloison en forme de dôme, le diaphragme, sépare la cavité thoracique (ex. cœur et poumons) de la cavité abdominale (ex. estomac, intestins). Principale muscle de la respiration, il agit également comme valve de l’estomac.

Ainsi en inspirant, le diaphragme s’affaisse, augmente la pression dans l’abdomen ce qui a pour effet de forcer le contenu de l’estomac vers le haut. Si le contenu remonte jusqu’à l’œsophage, le tube reliant la gorge à l’estomac, des acides gastriques puissants (pH 1.5 – 5) parviendront à le corroder. Afin de prévenir ces reflux, la jonction entre l’œsophage et l’estomac est munie d’une double valve (sphincters), dont un pilier du diaphragme.

Ce dernier est innervé par un contingent de nerfs (ex. nerf phrénique C3-C5, divisions des nerfs T7-T12). Une dysfonction vertébrale pourrait donc interférer avec le contrôle neurogène, et provoquer le relâchement de cette valve (sphincter diaphragmatique). Elle facilitera alors les reflux gastriques et favorisera le glissement de la partie supérieure de l’estomac dans l’ouverture du diaphragme (le hiatus) jusque dans la cavité thoracique, d’où l’éventuelle hernie hiatale.

Cette présentation est probablement la plus courante. Elle explique en bonne partie l’efficacité remarquable de la chiropratique dans le contrôle des reflux gastro-œsophagiens et du syndrome de la hernie hiatale, réduisant ainsi le risque de complications telles l’hémorragie digestive, la sténose œsophagienne, et l’endobrachyœsophage.

♦ Document rédigé et publication autorisée par le groupe